Le Mile End la nuit

Fairmount Bagel - Mile End la nuit - La Maudite Française

Histoires Expatriées - La Maudite Française

Au cours de mes recherches sur les thèmes de l’immigration et l’expatriation, j’ai retrouvé un appétit important pour les blogues. Et je suis tombée par hasard sur le rendez-vous RDV #HistoiresExpatriées*. Un rendez-vous de francophones blogueurs expatriés à travers le monde, ça a piqué ma curiosité!

Et même si je me considère immigrée et non expatriée (mais ça, c’est un autre sujet que j’aborderai surement dans un prochain billet), c’est en plein le genre d’initiatives que je cherchais pour poursuivre mes réflexions, partager et découvrir les expériences d’autres personnes qui vivent elles aussi à l’étranger.

Ce billet est donc ma première participation au rendez-vous, et le thème du mois était : ma ville / mon pays la nuit.

Je suis donc partie à l’aventure dans le Mile End. Pourquoi juste ce quartier? Et bien, j’y habite, et je l’ai arpenté de long en large – de jour, pendant mon année de congé parental. Le Mile End, c’est un peu ça ma ville en ce moment, mon chez-moi. C’était donc l’occasion parfaite pour le (re)découvrir.

Le Mile End, la nuit

En début de soirée, c’était le moment parfait, peu de monde dans les rues et une ville au ralenti et aux bruits étouffés par la neige fraîche tombée ce jour-là.

On déambule dans les rues, à la recherche de bâtiments intéressants, connus ou non. On arpente les artères principales et les petites rues résidentielles. On arpente les grandes artères et les petites rues résidentielles. Un défilé de bâtiments historiques, de commerces et de résidences privées. 

Fairmount Bagel - Mile End la nuit - La Maudite Française

Icône adresse - La Maudite Française

FAIRMOUNT BAGEL
Un incontournable du quartier, depuis 1919. Ouvert 24/7.
Les fans se battent pour savoir lequel de Farmount ou Saint-Viateur Bagel fait les meilleurs bagels. Spoiler : les deux sont très bons! 😉

Avenue du Parc - COOP du châtelet- Mile End la nuit - La Maudite Française

Icône adresse - La Maudite Française

COOPÉRATIVE D’HABITATION DU CHÂTELET
En 1904, l’architecte Joseph Perrault (1866-1923) se fait construire une résidence de style renaissance française dans la ville de Saint-Louis sur l’avenue du Parc (aujourd’hui l’aile nord de la Coopérative d’habitation Le Châtelet).**

Bloomfield - Elmwood - Outremont - Mile End la nuit - La Maudite Française

Icône adresse - La Maudite Française

OUTREMONT
Les parcs urbains sont créés, dans les grandes villes nord-américaines, lors de la seconde moitié du 19e siècle. Inspirés par le mouvement « City Beautiful », les élus municipaux multiplient ces parcs et les squares publics qui visent aussi l’élévation morale des citoyens. À Montréal, les banlieues bourgeoises d’Outremont et de Westmount offrent de parfaits exemples de ce type d’aménagement.**

Photographier de nuit, tout un défi

Des photos de nuit, tout un challenge pour la photographe débutante que je suis! Mais puisque ce blogue est l’occasion d’expérimenter, pourquoi pas. Je décide donc de ressortir mon reflex question de me laisser une chance de faire au moins quelques photos correctes.

Finalement, le sort en a décidé autrement puisque ma batterie a rendu l’âme juste ce jour-là. C’est donc mon fidèle iPhone qui a répondu présent, comme pour toutes les photos de mon profil Instagram finalement. Je commence à croire que ça va devenir une marque de fabrique!

Citerne - Entrepôt - Rue Clark - Mile End la nuit - La Maudite Française

Icône adresse - La Maudite Française

L’ENTREPÔT VAN HORNE
Construit en 1924.La citerne sur son toit est l’un des emblèmes du Mile End. Le château d’eau en métal est le dernier restant dans le quartier.
Les ouvertures des fenêtres sont minimales, ce qui rend les façades presque aveugles, rythmées toutefois par la structure apparente en béton. L’édifice a été conçu comme entrepôt, ce qui est toujours sa principale fonction.**

Icône adresse - La Maudite Française

LA RUE CLARK
John Clark est un boucher, né sur une ferme dans le comté de Durham en Angleterre. Il choisit d’immigrer au Canada, vers la fin du 18e siècle. Lui et sa famille louent à leur arrivée la taverne dite du «Mile End» située sur ce qui est maintenant le coin nord-ouest du boulevard Saint-Laurent et de l’avenue du Mont-Royal. C’est la première fois que le nom Mile End apparait à Montréal dans un document.**

Conserve - Farimont - Mile End - Montréal
AndyCurly qui fait sa curieuse

Une rencontre Instagram dans la vraie vie

Et tant qu’à profiter de l’expérience, j’ai donc proposé à Andréanne du blogue AndyCurly de se joindre à moi : une Française qui réside elle aussi à Montréal depuis quelques années. C’était l’occasion de faire sa connaissance le temps d’une activité qui nous rejoint toutes les deux, puisque nous nous sommes rencontrées sur Instagram. Ha!

L’histoire du Mile End

J’ai profité de l’occasion pour me plonger dans Histoire du Mile End d’Yves Desjardins, et en apprendre plus sur mon quartier.

Pendant plus d’un siècle, le Mile End était surtout un lieu de passage, une zone tampon coincée entre l’Est canadien-français et l’Ouest anglo-protestant et traversée par la « Main » et l’avenue du Parc. Anciennement associé à la pauvreté, c’était aussi un espace de métissage social et culturel où l’empreinte de plusieurs générations d’immigrants est toujours visible.

Si l’histoire de ce quartier vous intéresse, je vous conseille également le site web Mémoire du Mile End, qui rassemble des informations historiques, des actualités du quartier et une carte interactive qui présente les édifices passés et actuels les plus marquants du quartier.

Vous y apprendrez par exemple que :

  • le Mile End faisait partie de Côte Saint-Louis et non Montréal, au 18e et 19e siècle, et est plutôt connu pour ses pistes de courses, puisque c’était…en pleine campagne ;
  • à la même époque, le carrefour de « St. Catherine Road » et de « Mile End Road » est nommé « Mile End » ;
  • « Mile End Road » deviendra en fait l’actuelle « Main », la « rue Saint-Laurent » ;
  • le quartier s’est développé notamment par les activités commerciales des familles Bagg et Clark, au 19e siècle ;
  • le quartier a accueilli plusieurs vagues d’immigration successives depuis 1850 à aujourd’hui : Juifs, Portugais, Grecs, Italiens et aujourd’hui Français.

Ah tiens! Je serai donc de cette dernière vague.

Alors cher quartier, merci de m’avoir accueillie!


*Cet article participe au RDV #HistoiresExpatriées organisé par le blog L’occhio di Lucie qui marraine également le thème du mois.

Découvrez les billets des autres participants :


** Source : Histoire du Mile End d’Yves Desjardins et Mémoire du Mile End.

Cet article contient des liens affiliés LesLibraires.ca. J’ai choisi cette plateforme parce qu’elle est canadienne et contribue à faire rayonner les auteurs francophones d’ici à travers un réseau de plus de 100 librairies indépendantes.

Crédit : Icons made by Smashicons from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

Mile End Nuit - La Maudite Française
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 Replies to “Le Mile End la nuit”

  1. Yay bienvenue parmi nous 🙂 ce mois-ci était ma première participation aussi ! On est désormais 3 du Canada, une blogueuse par province c’est super !!!!
    Ton quartier est bien mon préféré !! À chaque fois que je vais à momtreal tu me trouveras Dans le plateau lol

    1. Merci, merci! Trois au Canada, c’est chouette, ça donne une bonne idée d’à quel point le pays est différent d’une province à une autre. Je ne suis jamais allée à Edmonton par contre. Je vais suivre ça sur ton blogue, c’est l’occasion maintenant! 🙂

  2. Super!
    Ça me donne aussi envie de participer à ce rendez-vous, j’ai regardé le thème pour avril « ce que j’aurais voulu savoir avant de partir » ça m’tente pas mal 🙂
    Dès que les beaux jours reviennent (genre plus de slush, des feuilles sur les arbres toussa toussa) j’veux bien une nouvelle promenade photo !!
    Et j’ai hâte que tu abordes le sujet immigré/expatrié. De mon côté ça m’agace assez qu’on considère les autres nationalités comme des immigrés mais que nous, on se qualifie toujours d’expat’ …
    Bon dimanche

    1. Ah, bon suite à ton commentaire, je me suis motivée pour le rendez-vous d’avril. 😉
      Et je continue de mijoter le sujet immigré versus expat…
      Bon week-end!

  3. Amusant de découvrir le Mile End à la noirceur. L’année passée nous avons passé la fête du Canada dans le quartier et on avait beaucoup aimé l’ambiance. Pour 2018 on s’en va explorer le quartier Westmount 🙂

    1. Westmount c’est beau, toutes ces grandes et belles maisons. Mais c’est un peu moins un quartier de proximité avec des commerces un peu partout comme le Mile End, c’est plus résidentiel. Mais je n’y vais pas souvent, alors vous me ferez peut-être changé d’avis 😉
      J’en ai profité pour aller voir vos photos du Mile End sur votre blogue…et j’ai hâte à l’été, vos photos donnent tellement envie!
      On se croise bientôt alors? Votre passage est prévu pour quand en 2018?

  4. […] me proposait de l’accompagner pour une petite sortie photo by night. Elle voulait capturer son quartier de nuit pour participer à #HistoiresExpatriées, un rendez-vous mensuel pour les blogueurs français […]

Laisser un commentaire